7ème édition de la FIM : Augmentation de 45% des participants

Organisée chaque année depuis 7 ans, la Foire Internationale de Madagascar (FIM) a été toujours considérée comme étant l’événement économique le plus attendu par les opérateurs tant malgaches que ceux des îles voisines. Ainsi, pour cette année, la 7ème édition de cet événement, qu’est l’un des vecteurs de relance économique malgache, va donc se dérouler du 31 Mai au 3 Juin 2012 prochain au parc des expositions Futura Andranomena. Cet événement est pour les sociétés participantes une grande opportunité dans la recherche de futures partenaires étrangers et locaux. D’après les explications de Michel D-Ramiaramanana, l’organisateur de la foire, étant donné que la FIM est considérée comme un accélérateur de croissance économique pour notre pays, elle a toujours eu comme objectif d’assurer une plateforme d’échanges pour l’ensemble des entrepreneurs. En effet, cet événement a beaucoup évolué depuis la première édition en terme de participation du secteur privé malgache, de plus en plus intéressé à y participer vu les avantages qui s’offrent à eux. Pour cette nouvelle édition, cette participation a augmenté entre 40 à 45% puisque 150 stands de plus vont être ajoutés. La présentation des partenaires ainsi que de certains participants a été effectué hier à l’hôtel Colbert, à Antaninarenina. On y a vu, entre autres, la participation de la société Orange Madagascar en tant que sponsor exceptionnel de cette 7ème édition et qui va ainsi apporter lors de cet événement des innovations en matière technologique non encore commercialisées même en Europe. Des stands biodégradables ! Cette année encore, les organisateurs vont encore se surpasser en terme d’organisation puisqu’en matière d’électricité, c’est la société LOCAMAT qui se chargera de la fourniture durant ces 4 jours pour que les participants ne soient pas confrontés à des risques de délestage. Cette édition sera également spécifique par l’existence des stands environnementaux, des stands en carton de 9m² lesquels sont biodégradables et récupérables, donc réputés écologiquement corrects parce qu’ils suivent les exigences normatives internationales. L’ambition des organisateurs de la FIM est donc de maintenir leur réputation au niveau international, ceci au profit des opérateurs économiques participants mais également pour la relance économique de notre pays et la promotion de la zone Sud-Ouest de l’Océan Indien. Dimisoa, COURRIER DE MADAGASCAR, art. du 06.04.12