Deuxième Communiqué de presse – FIM 2017

 

2ème COMMUNIQUE DE PRESSE

FIM 2017

  Après avoir lancé le focus France de la 12ème édition de la FIM (Foire Internationale de Madagascar), cette prochaine rencontre sera l’occasion de lancer le 2ème focus, lequel concerne principalement les femmes entrepreneures. De fait, le GFEM ou Groupement des Femmes Entrepreneures de Madagascar, au terme d’un marathon international pour positionner positivement l’entreprise au féminin de la Grande île face aux différents enjeux spécifiques, une démarche largement relayée, par les réseaux internationaux, va développer durant la FIM les divers sujets susceptibles de devenir des marqueurs incontournables de l’action entrepreneuriale à Madagascar. Le sujet sus cité est majeur et il est intéressant et important de noter que la maxime de cette prochaine édition de la FIM est passée de « Le Vita Malagasy s’ouvre au monde » au « Le Vita Malagasy est ouvert au monde ». Actant de la dynamique positive créée durant l’année 2016 – est-il utile de rappeler les différents événements économiques et institutionnels tels que le COMESA, le Sommet de la Francophonie, la CBI (Conférence des Bailleurs et des Investisseurs) pour le versus institutionnel et la FIM, le SIM (Salon International de Madagascar) et ASIA pour le versus privé –, dont on peut admettre qu’ils ont clairement ouvert la voie d’un décollage économique prévisible, aura été totalement pertinent. Quoi qu’il en soit, cette 12ème édition de la FIM va cristalliser cet objectif sans cesse répété de vouloir toujours travailler à une amélioration de l’attractivité économique, un objectif qui à l’évidence rencontre quelques succès, et à améliorer le climat des affaires, autre objectif où les résultats sont en progression positive. En fait, cette prochaine manifestation économico-commerciale où sont prises en considération toutes les préoccupations nationales, régionales et internationales va notamment enregistrer, face à la constance exemplaire des sociétés mauriciennes et d’une position considérablement renforcée des compagnies en provenance de Dubaï, il est clair qu’à l’instar des efforts prodigués par le secteur privé malagasy à améliorer régulièrement mais surement son offre exportable, les secteurs privés  de plusieurs pays vont démontrer par leur présence que le métier d’exportateur où l’action d’exporter (savoir faire ou produits manufacturés) est un état d’esprit et ne souffre pas la paresse entrepreneuriale. Aussi autour d’un événement devenu une institution au point que l’acronyme FIM est largement passé dans le vocabulaire économique au quotidien de la société civile malagasy et indianocéanique, la FIM sera à nouveau pour cette année 2017, à n’en pas douter, un accélérateur de la croissance économique à Madagascar.

LE COMITE D’ORGANISATION