10e édition de la FIM -Tous se joignent pour la relance économique

Une nouvelle édition de la Foire internationale de Madagascar (Fim) a débuté hier et se deroulera jusqu’au 10 mai prochain, à la zone Forello de Tanjombato. C’est l’occasion pour certains opérateurs économiques d’échanger encore une fois leurs expériences, et pour d’autres de trouver de nouveaux débouchés.

Dix ans déjà que les opérateurs nationaux comme internationaux se retrouvent autour de la Fim, un évènement qui s’est fait une réputation dans le couloir de l’Océan indien, depuis des années et a commencé à conquérir le marché international depuis peu. Le lancement de celle-ci aura été l’occasion de constater que les opérateurs, les politiques et les représentants de l’Etat s’accordent sur l’urgence d’une relance de l’économie.

En effet, le Premier ministre, Jean Ravelonarivo, a souligné durant son discours, la volonté de l’Etat à mettre en place un meilleur climat des affaires, ainsi qu’une facilitation des investissements à Madagascar. Ainsi, l’Etat serait donc disposé à faciliter l’attractivité du secteur de l’économie à Madagascar. Un discours plaisant et une opération de charme aux oreilles des Partenaires techniques et financiers (Ptf) et celles des opérateurs internationaux. Faut-il encore que le travail débute enfin et que cette volonté se traduise concrètement par des actions. D’autant plus qu’à l’heure actuelle, l’arrivée des investissements est vivement souhaitée.

Les opérateurs attendent beaucoup de l’Etat

Si du côté du secteur public, l’on a affirmé une volonté de faciliter l’arrivée des investisseurs, de l’autre côté, la présence massive des opérateurs économiques, nationaux comme internationaux, a également été une preuve d’un engouement d’aller de l’avant, malgré les effets de la crise.

Pour le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Nosy Be, Hozidine Ho-Sing, « nous avons constaté beaucoup d’évolutions par rapport à la situation d’il y a dix ans. Nous avons tenu à répondre présent à cette foire, car nous voulons voir où on en est à l’heure actuelle ? ».

Avant de poursuivre que, « cependant, même si nous sortons d’une crise qui a été rude surtout pour le secteur privé, chaque opérateur doit y mettre du sien pour assurer la relance de l’économie. Par exemple, le secteur informel doit tout faire pour intégrer le formel. Et ceci est dans l’intérêt de tout le monde, d’autant plus que cela apportera une rentrée de recettes fiscales auprès des caisses de l’Etat ».

Cette progression ne doit cependant pas se faire unilatéralement, mais nécessite l’implication de tous les acteurs. « Il faut également que l’Etat fasse sa part des choses et ce, en facilitant le paiement par échelonnement des taxes par les opérateurs qui sont encore à l’heure actuelle dans une phase d’exploitation difficile », souligne Hozidine Ho-Sing.

En ce qui concerne la foire, les opérateurs pourront faire un partage d’expériences qui serviront pour une part de connaître les tendances du marché. Par ailleurs, les conférences ainsi que les rencontres B to B serviront à voir les potentiels et les perspectives de la Grande-Ile.

La Vérité, Jeudi 7 Mai 2015

Recueillis par N.R