Un franc succès

La foire internationale de Madagascar (FIM) 2012 qui s’est déroulée pendant quatre jours à Andranomena a été clôturée hier. Plusieurs secteurs d’activités y ont été représentés et on peut dire que l’intégration régionale de l’océan Indien a réellement été effective grâce à la présence massive des différents entrepreneurs des îles Vanilles dont Maurice, Mayotte, La Réunion…

La satisfaction a été totale, que ce soit du côté des visiteurs, participants et surtout des organisateurs. Ce succès, selon Michel Ramiaramanana, on le doit non seulement au savoir-faire des organisateurs, mais aussi grâce au secteur privé qui a répondu présent à l’appel qui lui a été lancé. Selon toujours lui, le nombre d’activités de différents secteurs a connu une large augmentation cette année par rapport aux précédentes éditions, notamment dans le domaine de l’économie verte, représentée en forte délégation et celle de l’économie numérique qui s’est fortement développée. Il y a eu une forte mobilisation du secteur privé par laquelle s’est exprimée sa volonté de concrétiser la relance économique. La participation des Mauriciens serait même multipliée par 3 l’année prochaine, traduisant ainsi leur satisfaction.

La présence d’Andry Rajoelina à la Fim traduit également la volonté du pouvoir public à soutenir le secteur privé. Les exonérations de taxes qu’il a annoncées sont déjà très importantes, selon l’organisateur. Effectivement, le président de la Transition a indiqué que « depuis toujours, les opérateurs doivent encore dépenser plus de 30% de leurs capitaux afin de pouvoir s’investir à Madagascar à cause des taxes de 20%, en plus des autres droits de douanes ». Et c’est pour cela que l’Etat doit intervenir dans la facilitation des conditions d’investissement pour attirer les opérateurs étrangers.

Il a également reconnu que le taux des nouvelles constructions est actuellement de 35% de 2009 à ce jour, ce qui signifierait une hausse des investissements dans le pays. Et revenant au secteur du tourisme, il a poursuivi dans son allocution sa volonté d’envisager la promotion effective de nouvelles constructions hôtelières telles que les hôtels de luxe pouvant attirer des opérateurs de renom international. Cette stratégie d’approche pourra améliorer l’image de la Grande île. Ainsi, le domaine du tourisme et le secteur privé semblent avoir atteint les interlocuteurs du pouvoir public concernés. Certes, c’est déjà manifestement un grand pas en avant mais que cela ne reste pas à ce stade et que cette avancée aboutisse réellement à une concrétisation des actions par une véritable relance de l’économie.